Vérone médiéval

Par sa position stratégique Vérone fut donc une ville importante meme au moyen age et ceci grace a une noble famille: les Scala. C’est pendant cette phase que l’on construit l’aspect de la ville que nous pouvons aprécier encore aujourd’hui, qui se superpose aux grandes ruines de l’époque romaine et qui finalement relie avec un tissu continu les centres précédemment représentés par les églises bénédectines de San Zeno et San Fermo maggiore.


C’est dans cette phase que prend forme une civilisation qui sait incorporer de multiples influences – dues en partie à sa position géographique privilégiée – du nord de l’Europe, de la Lombardie, de Florence, de Bologne et de Venise, en les fusionnant autour des thèmes de la vie de la cour et du regret nostalgique de fabuleuses gestes chevaleresques.  Pisanello est dans la peinture Véronnaise le  réprésentant plus significatif de ce moment.


On commence avec l’église de Santa Anastasia où se trouvent les fresques d’Altichiero, de Pisanello, et Giambono.  On continue la visite dans le coeur de la ville (Piazza Signori, Piazza Erbe, Cortile Mercato Vecchio) où il y avait le centre politique et économique de Vérone et où la famille Scala avait construit ses maisons, son église privée et son cimetière privé qui conserve les Arches sépulcrales. C’est sous le pouvoir de cette puissante famille que se déroule l’histoire de Roméo et Juliette. Pas loin du palais des Scaligèrers il y a les palais maison des Montegues et des Capulets.


L’itinéraire continue avec l’imposant complexe du Castelvecchio, la forteresse que la famille Scala fait batir hors de la ville de Vérone. Castelvecchio, aujourd’hui est un musée. De Castelvecchio, en parcourrant le fleuve Adige, on arrive à l’église de San Zeno, extraordinaire exemple de l’art romane du siècle XII.



adobe_70